Hyper-connectivité, sur-sollicitations, course à la performance…  entre oubli de soi et stress intense, la gestion du temps est au cœur de nos préoccupations quotidiennes. Et s’il fallait prendre son temps pour mieux le gérer?

Courir après le temps comme un lapin....
Ceci n’est pas un Zèbre…

Septembre; Rentrée scolaire, nouveaux projets, nouveaux objectifs, inscriptions aux activités sportives et culturelles…. le rythme s’accélère après une trêve estivale aussi agréable que nécessaire.

De retour au quotidien, combien d’entre nous avons la nostalgie des vacances ? Le rythme tranquille, les nouveautés, le goûter avec les enfants, les promenades et ce silence bienfaisant qui peu à peu s’installe dans le mental.

Combien d’entre nous pourtant sont retournés à l’hyper-connexion, à la course à la performance, à l’oubli de soi?  Petit à petit, le bruit extérieur s’efface au profit d’un brouhaha de pensées erratiques et anxiogènes.

Centaines de mails, dizaines d’appels téléphoniques, urgence de l’instantanéité du web, milliers d’informations….. une sur-sollicitation qui bientôt (ou déjà), nous conduit à nous oublier.
Essoufflés avant même d’avoir vraiment commencé, nous sommes coupés subitement de toutes nos sensations, émotions. Coupés de la nature, coupé de notre corps, coupés de notre vie elle-même.

Et si pour « mieux gérer son temps » il suffisait simplement de « ralentir »?

Réveillons-nous !

Décider de dire « STOP ! », choisir de prendre le temps?

 

sablier

C’est en tous cas ce que j’ai décidé pour moi, et le testant déjà depuis quelques mois, je peux témoigner que je ne fais pas « moins », mais mieux… 

Prendre son temps….

Prendre le temps de vivre, de dormir, de ne rien faire, pour être parfaitement présente « ici et maintenant » au moment de l’action. Cesser la course folle du mental qui s’agite à débattre des dossiers, des problèmes, des attitudes des autres et des peurs…

 

Prendre du temps pour m’écouter : de quoi ai-je envie maintenant? Que vais-je manger de sain pour mon corps et de délicieux pour mon âme? Ai-je vraiment envie de travailler avec ce client ou d’aller à la fête d’anniversaire de la voisine ce dimanche? Que me dit cette douleur dans le bas du dos? En moi, ça dit plutôt « oui » ou ça dit plutôt « non » ?

 

Prendre le temps de m’arrêter : plutôt que de rester devant l’écran à essayer de forcer les choses, pourquoi ne pas « faire une pause », vider mon esprit, et laisser les solutions émerger d’elles-même?

 

Prendre le temps de la confiance : pourquoi concentrer toute mon énergie sur la peur que les choses ne se déroulent pas comme je le souhaite, sur la volonté de contrôler l’incontrôlable au lieu de simplement lâcher-prise et utiliser mon énergie pour des actions qui dépendent vraiment de moi?
Apprendre la confiance, (une fois que j’ai fait tout ce qui est en mon pouvoir) me permet de mieux accueillir les opportunités.

 

Prendre du temps pour déconnecter : éteindre les écrans, me réserver des plages « sans » téléphone, sans Internet… n’être disponible en priorité que pour moi-même. En dehors des urgences de vie et de mort, qu’est ce qui nécessite une disponibilité et une hyper-connexion à chaque instant? Un mail ne peut il attendre quelques heures?

 

Prendre le temps…. de donner du temps. C’est un apprentissage de la patience, de l’écoute, de l’ouverture aux autres. Prendre son temps pour être pleinement présent à la relation, c’est découvrir une magie extraordinaire. On entend d’avantage de choses, on noue des liens beaucoup plus forts, on profite réellement de chaque échange. C’est aussi retrouver le chemin de la joie et de l’authenticité.
Ainsi, plutôt que de presser les enfants à aller se coucher à l’heure pile, prendre le temps de les accompagner dans l’instant, et saisir au vol un regard, un mot d’amour, un geste tendre….
Prendre le temps d’écouter une amie en ne faisant rien d’autre (les mains immobiles et l’esprit libre de tout jugement et commentaire) et attraper un instant pur de complicité…

 

Prendre le temps de préparer…. pour éviter d’avoir à se dépêcher plus tard.
Prendre le temps pour improviser….. pour garder l’esprit ouvert…

 

Prendre le temps : pas « moins », mais mieux…

 Ainsi, depuis quelques mois que j’expérimente ce que certains appellent la « slow-life », je me suis libéré l’esprit de beaucoup de préjugés, de jugements, de peurs. J’ai tissé des relations plus fortes avec mon environnement et surtout, je me suis d’avantage reliée à moi-même. Mieux : je suis plus efficace dans mon activité professionnelle, plus créative, plus sereine.
C’est encore parfois difficile de m’accorder cet espace, de parvenir à me donner du temps pour moi même. Mais avec le temps…. cela devient plus simple.

Prendre son temps nous permet de nous écouter vraiment, de nous connecter aux mondes qui nous entourent (les autres, la nature…) en restant relié à notre être profond. Il devient alors plus simple de faire les bons choix, en « écoutant » son intuition.

Cela nous permet également de prendre en compte ce qui nous est essentiel : des engagements politiques, la famille, les amis, l’écologie, la santé…

Une ode à la procrastination?

Procrastina…quoi?

Procrastination : nom féminin (du latin procrastinatio: ajournement | terme composé de pro : avant et  cras : demain)

Tendance pathologique à différer, à remettre l’action au lendemain.

Non mais ça va pas la tête??? Loin de moi l’idée de vous inviter à ne plus être dans l’action….  Prendre son temps n’est pas ne pas faire. Mais ça, vous l’aviez deviné non?

Le temps est un luxe que chacun peut s’offrir.  Vous ne me croyez-pas? 

Essayez….. 

 

Pour réagir à cet article, cliquez sur la bulle noire ( + )

Prendre son temps…. une meilleure façon de le gérer;
Taggé sur :                

2 thoughts on “Prendre son temps…. une meilleure façon de le gérer;

  • 24 septembre, 2013 à 15 h 53 min
    Permalink

    C’est bien ce que j’ai l’intention de faire …. prendre le temps de refaire mon CV afin de consacrer mon temps de façon plus rationnelle. A quoi cela sert-il d’envoyer un CV mal agencé, mal mesuré, borderline si ce n’est pour essuyer des refus de sa propre candidature (appeler pour relancer car pas de retour, ça prend du temps) !
    Prendre le temps de penser son emploi du temps afin d’assouvir les activités de chacun ? C’est nécessaire de le faire et je me suis rendue compte, en lisant ton article, que cette option que l’on peut tous s’offrir (si on en prend conscience) doit être mise en application dans nos quotidiens.
    Allez, je me déconnecte et je vais prendre le temps de faire ma pause réflexion sur moi-même 😉

    Répondre
  • 9 octobre, 2013 à 14 h 07 min
    Permalink

    Bonjour Sandrine,
    oui, prendre du temps pour planifier n’est pas perdre son temps. C’est souvent une première prise de conscience, une première étape dans la gestion de son temps.
    Amicalement,

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *