Avez-vous remarqué comme il est difficile de faire silence en soi? Nos pensées sont des flots tumultueux, incessants, parfois envahissants. Un esprit stressé ne s’arrête jamais de penser. Jusque dans le sommeil, le cerveau gauche analyse, prévoit, projette, se souvient…  au détriment du cerveau droit, qui peine à se faire entendre.

Pour rappel, le cerveau droit est le siège de l’intuition et de l’imagination, de la créativité quand le cerveau gauche est sollicité pour l’analyse. Les deux hémisphères communiquent en permanence pour nous permettre de choisir le scenario le mieux adapté à la situation en cours.
Cependant, l’homme moderne est soumis à un tel niveau de stress, de sollicitations de tous ordres, que l’hyperactivité cérébrale le coupe de lui même.

Comment dans un tel brouhaha parvenir à s’écouter? Prendre une décision devient difficile; l’originalité, fatigante; l’imprévu, insécure.

La tentation est grande alors de s’abrutir encore plus de stimuli : jeux vidéo, musique, sport intensif, vie sociale.. ou pire… télévision.

Au résultat, des milliers de bulots zappent entre M6 et TF1 chaque soir sur leur canapé…(c’est moche).

Pour trouver un peu de calme et de paix intérieure, beaucoup cherchent des solutions à l’extérieur.

Pourtant, faire silence en soi est à la portée de tous. Il suffit simplement de s’adonner à l’instant présent.

Quand je parle de faire silence, il ne s’agit pas de vide mental absolu : si votre cerveau s’arrête de produire des pensées, vous mourrez… votre cœur ne bat plus, vous ne respirez plus (mettez ça dans le bon ordre..)
Non, il s’agit ici de s’extraire des pensées superflues et envahissantes telles que :

  • je n’ai pas rendu mon rapport
  • que vais je faire à manger ce soir
  • quand il m’a dit que … j’aurai du répondre que..
  • mince, j’ai oublié le goûter dans le cartable
  • il faudra que je pense à appeler machin
  • demain, j’ai 3 réunions..
  • ……

Corps espace mouvement

Comment on s’y prend pour faire silence intérieur ?

Première réponse évidente: vous pouvez essayer de pratiquer la méditation. Mais je vous vois venir d’ici…..  la méditation n’est pas une activité très facile ni très attractive (en fait si… quand on connait).

Et si je vous disais qu’il existe des centaines de façons de se connecter à l’instant présent pour faire « pause » sans s’asseoir sur un Zafu ? (le zafu est un coussin de méditation)

Revenir à l’instant présent

Exercice 1 :  observation du mental singe.

A chaque fois que vous vous observez en train de « cogiter », revenez au présent.

 

  1. Observez : qu’y a-t-il autour de vous ? les couleurs? les formes? les espaces?
  2. Ecoutez : quels sont les bruis autour de vous? focalisez vous sur les silences entre les bruits… et tentez de percevoir les bruits de votre corps.
  3. Sentez : y-a-t-il une odeur particulière? quel chemin prend l’air à partir de vos narines?
  4. Ressentez : dans quelle position est votre corps? où sont vos orteils? sentez-vous vos oreilles?

Je peux vous assurez que rien qu’en faisant cela, vous êtes pleinement dans le présent. Pendant que vous avez fait cet exercice, votre cerveau s’est reposé. Il n’a pas analysé.

Vous respirez…  le calme à l’intérieur est là. Maintenant, vous pouvez commencer à vous écouter.

Exercice 2: la marche consciente

Idéalement, il est préférable de se mettre pieds nus. Mais cet exercice se pratique partout, avec ou sans chaussures. Pour ma part, je le préfère pieds nus dans l’herbe ou sur la plage.

Commencez à marcher lentement. Prenez conscience des mouvements de vos jambes, du contact entre vos pieds et le sol. Du mouvement des chevilles, des genoux, des hanches.. de la manière dont le haut du corps accompagne chaque pas.
Observez votre respiration.

Vous pouvez accompagner chaque pas d’un son « OM », ou d’un mot de force « joie », « énergie », « calme »….  Utiliser ces mots va remplacer les pensées.

A chaque pas, vous pouvez également imaginer que vos pieds s’enfoncent dans la terre comme des racines.

J’aime cet exercice car il est excellent pour l’ancrage et le retour au calme. Il permet de se connecter au corps, au mouvement intérieur.

 

Exercice 3 : avant de dormir

En position allongée sur le dos, les mains croisées sur le nombril. Commencez par expirer complètement l’air de vos poumons en creusant le ventre. Puis doucement, inspirez en gonflant le ventre.
Recommencez 3 fois.

Prenez conscience de votre corps, de chacun de ses appuis sur le matelas  : la tête, le cou, les épaules, le dos, les coudes, les fesses, les pieds… et remontez.

Puis, allumez mentalement 7 sphères de lumière à la suite

  • sur le sommet du crâne
  • entre les deux yeux
  • sur la gorge
  • sur le cœur
  • sur le plexus solaire (3 doigts au dessus du nombril)
  • au dessus du pubis (1 doigt sous le nombril)
  • sur le coccyx

 

 

Laissez la lumière entrer en vous. Et laissez vos pensées partir loin de vous.

 

Chuuuut…. on vous laisse méditer…  😉

La non pensée : faire silence pour accueillir l’intuition

Une réflexion sur “La non pensée : faire silence pour accueillir l’intuition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *