En cette fin d’année, j’avais envie de vous partager ce texte magnifique que j’ai découvert il y a presqu’un an sur le web. Au cours de ces derniers mois, je l’ai souvent relu parce qu’il me met du baume au coeur.
J’ai souvent connu des instants de découragements récemment. Ces moments où il nous semble que nos actions ne sont que des gouttes d’eau dans l’océan de  l’inaction collective. Ces moments où il faut faire face à la complainte permanente, à l’inertie, et parfois à la déception.

Au cours de séances, des rencontres, vous avez également été nombreux à arguer du « à quoi bon? je ne vais pas changer les choses tout seul ». Et que vous opposer à part un optimisme parfois effrité face à l’actualité?

Une année tellement mouvementée, qui a remis tant de choses en question à titre individuel et collectif : des attaques meurtrières et dévastatrices en janvier et en novembre, des vagues de réfugiés ballotés aux vents contestataires, une marée d’extrémismes variés et sournois, une COP21 qui n’aura vu jaillir qu’une promesse de s’engager mais finalement peu d’actions concrêtes… j’en passe. De meilleures sans doutes.

On avance? oui. On continue d’avancer, et chacun de changer notre monde.

D’abord, notre univers intérieur en guérissant, en grandissant, en s’émerveillant, en (s’) aimant. Et puis notre petit bout de planète en agissant, autour de soi, auprès de ses proches, de ses clients, de ses voisins, de ses passants…

Une action, une seule, peut changer quelque chose. Peut contribuer à renverser les balanciers d’énergie négatives.
Alors imaginez…  des milliers de petites actions…

Je vous souhaite à tous une bonne lecture, une belle méditation. Et, à bientôt pour de nouvelles Zèb’critures.

 


désolée merciLes étoiles de mer

Un matin un vieil homme se promenait sur une plage de sable fin en compagnie de sa petite fille.

Toutes les deux minutes, le grand-père se penchait, ramassait quelque chose par terre, puis le jetait à l’eau.

La petite fille, intriguée, demanda au vieil homme :


« Qu’est-ce que tu fais papi ? »

« Je rejette les étoiles de mer dans l’océan », répondit l’homme.

« Pourquoi fais-tu cela papi ? »

« Tu vois ma petite, c’est la marée basse, et toutes ces étoiles de mer ont échoué sur la plage. Si je ne les rejette pas à la mer, elles vont mourir parce que dans quelques
heures elles sécheront sous les rayons chauds du soleil. »

« Je comprends, répliqua la petite fille, mais il y a des milliers d’étoiles de mer sur cette plage.
Tu ne pourras pas toutes les sauver. Il y en a tout simplement trop.
Et cela doit être la même chose lors de toutes les marées, sur de nombreuses plages de la côte. Tu ne pourras rien y changer. »

Le vieil homme sourit, se pencha et ramassa une autre étoile de mer.
En la rejetant à la mer, il répondit:


« Pour celle-là ça change tout ! ».

 

Commentaire de l’auteur:

Cette très belle histoire nous rappelle que même si parfois nous avons l’impression que nos efforts sont vains et que notre combat est perdu d’avance,
il faut continuer et persévérer.

Tout ne se fait pas en un jour.
Mais nous progressons chaque jour un  peu plus. Nous avançons vers notre objectif.

Une goutte d’eau seule ne semble pas grand chose, mais une goutte, plus une  autre, plus une autre… permet de remplir le vase.

Les gouttes d’eau font les petits filets d’eau, ces filets se transforment en torrents, puis en rivières et pour finir en océan.

Dites-vous toujours que même si l’action  que vous faites, vous semble peu de choses elle est déjà beaucoup pour la personne  qui en bénéficie.

Extrait du site; Le meilleur de l’homme.

www.lemeilleurdelhomme.com

Pour celle-là ça change tout !

2 thoughts on “Pour celle-là ça change tout !

  • 28 décembre, 2015 à 22 h 39 min
    Permalink

    J’adore ce petit conte qui me rappelle celui du colibri de Pierre Rahbi.
    Faire de son mieux, faire sa part à son échelle…c’est déjà bien, c’est déjà assez. Comme on dit par chez moi « Sé green di ri ki ka fè sak di ri » => Un sac de riz est composé de plusieurs graines de riz (zut ça rend moins bien en français!)
    PS: Bouh ça a changé ici 😀

    Répondre
    • 29 décembre, 2015 à 17 h 49 min
      Permalink

      C’est moins joli en français en effet, mais c’est tellement ça.
      QUand le sentiment d’impuissance nous prend, alors se dire que chaque petit geste compte nous permet de continuer. C’est le message que j’avais envie de passer.
      MErci Clotilde pour ton passage lumineux. Belle journée.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *